Vous êtes ici : AccueilFormationMaster

Master Economie du développement parc. Economie territoriale

Présentation

Le parcours « Economie Territoriale » est proposé pour répondre aux besoins grandissants dans le domaine de l’action économique territoriale dans un contexte de transition écologique qui questionne aujourd’hui les modes de production, d’échange et de consommation déployés dans nos territoires mais aussi les politiques publiques et les réseaux d’acteurs à l’échelle locale.

Tout en mettant l’accent sur la mise en situation professionnelle et l’application concrète des acquis, les étudiants seront amenés à comprendre et maitriser les enjeux socio-économiques des territoires à travers trois thèmes principaux :

  1. la maitrise des théories des sciences économiques (économie géographique, économie publique locale, économie institutionnelle, analyse systémique),
  2. l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de l’impact des politiques publiques territoriales,
  3. la maitrise des outils de l’ingénierie du développement territorial (élaboration d’un projet de territoire, intelligence économique territoriale, marketing territorial, gestion de projet) et du traitement des données et de l’information (SIG, économétrie spatiale, techniques d’enquêtes, modélisation des systèmes dynamiques).

La liste des enseignements 

► Le programme est consultable sur la page internet de la mention à laquelle appartient le parcours. 

Les + de la formation

  1. Mobiliser une approche pluridisciplinaire axée sur les sciences économiques (en matière de théories mobilisées mais aussi en matière d’outils transmis aux étudiants).
  2. Mettre l’accent sur la professionnalisation avec (1) de nombreux cours dispensés par des professionnels (ex. collectivités publiques, agences parapubliques, etc.), (2) la maitrise de savoir-faire recherchés (ingénierie du développement économique territorial, méthodes et outils de traitement de l’information et des données, évaluation d’impact, modélisation des systèmes dynamiques) et (3) l’obligation de faire un stage de trois mois minimum à réaliser en France ou dans un pays étranger.
  3. Faciliter la mise en pratique des savoirs et savoir-faire acquis à travers des séminaires d’application des acquis (40 heures), des travaux sur des études de cas, de la réalisation d'un mémoire en économétrie spatiale et de la réalisation d’un projet collectif mobilisant les outils de la gestion de projet.

Compétences visées

Plus précisément, le parcours vise 2 types de compétences associant connaissances acquises (savoir), savoir-faire et savoir-être :

  1. Analyser et agir : capacités à relier des situations concrètes à des modèles théoriques des sciences économiques dans le but (1) de comprendre les mécanismes (i) d’organisation et (ii) d’évolution des territoires et (2) d’élaborer les politiques territoriales appropriées (efficaces et équitables) dans le contexte de transition écologique actuel.
  2. Maitriser et appliquer : capacités à mobiliser (1) les connaissances pratiques dans le domaine de l’ingénierie de projet (ex. gestion de projet, analyse et élaboration d’un projet de territoire, intelligence économique territoriale, marketing territorial), (2) les méthodes de l’évaluation d’impact des politiques publiques territoriales et (3) les méthodes et outils de traitement de l’information et des données (ex. techniques d’enquêtes et d’analyses de données, Systèmes d’Information Géographique, économétrie de panel et économétrie spatiale, modélisation des systèmes dynamiques).

D’une façon générale, l’accent est mis sur l’opérationnalisation des savoirs, savoir-faire et savoir-être (mise en situation professionnelle, lien avec le terrain, intervenants professionnels, etc.).

Métiers visés

Les débouchés du parcours Economie territoriale sont à l'interface des décideurs publics et des acteurs territoriaux (entreprises, usagers, association, etc.) et principalement dans :

  1. Les bureaux d’expertises et d’études des politiques publiques territoriales,
  2. Les agences publiques de développement économique et les services au sein des collectivités territoriales,
  3. Les organismes d’études statistiques,
  4. Les structures de l'ESS (associations, coopératives, etc.) qui contribuent au développement territorial
Les fonctions correspondant aux métiers visés sont des fonctions d’étude, d’évaluation, de conseil, de conduite de projet ou de politique territoriale.
 

Quelques exemples :

  • Chargé de mission pour les questions spécifiques de développement territorial (développement durable, transition écologique, tourisme, Europe, etc.).
  • Chargé d’étude socioéconomique pour l’élaboration et le suivi de l’action publique territoriale : observer, analyser, mesurer, diagnostiquer et évaluer une situation territoriale.
  • Chargé de mission territoire ou chef de projet de territoire : concevoir, programmer, organiser, planifier, rendre lisible une stratégie pour un territoire.
  • Agent de développement local ou coordinateur de dispositif d’action publique territorial (animation d’un réseau local).
  • Chargé de mission développement économique ou développeur économique : impulser la politique de changement du territoire en cherchant à faire connaitre le territoire.

Admission

Admission : prérequis

Sélection selon trois critères :

  1. Adéquation du profil des étudiants à l'offre de formation de l’École d’Économie, c'est à dire avoir validé un diplôme dans le domaine du développement international ou dans l'une thématiques des différents parcours (ici le développement territorial) ;
  2. Niveau académique ;
  3. Motivation pour les questions de développement territorial et transition écologique + cohérence avec le projet professionnel.

Les licences adaptées :

  1. La plupart des étudiants recrutés ont validé une licence en Économie avec un bon niveau en microéconomie, macroéconomie et techniques quantitatives.
  2. Des étudiants issus d’autres licences peuvent également être recrutés.
  • licences MIASHS et assimilées (justifier d’un bon niveau en économie).
  • licences en AES ou équivalent (justifier d’un niveau suffisant en économie et techniques quantitatives).
  • licences bilingues avec une dominante de cours d’économie et techniques quantitatives.
  • toute autre licence ayant des profils adaptés à la thématique du parcours.

Admission : candidature

Comment déposer sa candidature ?

Liste des éléments pédagogiques