Parcours d'étudiants

Vous découvrirez sur cette page les témoignages de certains de nos étudiants, suite à leur parcours de formation à l'Ecole d'Economie et suite à leur expérience en tant que stagiaire dans le cadre de leur cursus.

Parcours Analyse de projets/Analyse économique - Magistère

Dorian BALVIR - Promotion 2020/2021

Après l’obtention de mon baccalauréat scientifique, j’ai complété mes deux premières années de licence en économie à l’Université Clermont Auvergne. Attiré par les questions macroéconomiques et les thématiques liées au développement, je souhaitais déjà intégrer le CERDI.

En 2018, j’ai été admis en première année de magistère de développement économique. La même année, j’ai eu l’opportunité d’effectuer mon deuxième semestre en échange universitaire à la National University of Ireland à Galway ainsi qu’un stage d’un mois en analyse du marché du microcrédit en Roumanie.

Pour conclure ma deuxième année de magistère, je me suis orienté vers un stage dans l’analyse de la politique de cohésion européenne chez t33 en Italie. J’étais principalement impliqué dans l’évaluation du programme POIM pour le Ministère des Fonds Européens de Roumanie.

A l’issue de ma dernière année de magistère en double parcours, je suis actuellement en stage à la Direction des Statistiques et des Données de l’OCDE. Je m’occupe essentiellement de la migration des données relatives aux comptes nationaux vers la nouvelle plateforme utilisée par l’organisation et je contribue également à un working paper sur le poids des pensions dans les finances publiques.

Concernant l’avenir, j’envisage de prolonger mon expérience au CERDI avec un doctorat orienté sur les règles budgétaires. Par la suite j’aimerais contribuer, à mon échelle, au rayonnement du CERDI dans les organisations internationales.

Samira TOURE - Promotion 2020/2021

Je suis originaire du Burkina Faso et présentement en dernière année de Master. J’ai d’abord commencé ma formation académique en effectuant deux années de licence en sciences économiques et gestion à l’Institut Africain de Management à Ouagadougou au Burkina Faso.

Fortement intéressée par les rouages du développement dans les pays du sud, j’ai passé le concours du Magistère de Développement Economique du CERDI et j’ai intégré la formation en 1ère année. En dernière année, j’ai effectué un double parcours Master 2 en Analyse des projets de développement et Analyse économique de développement. J’y ai développé des compétences et un intérêt renforcé pour la gestion de projets, l’analyse de données et l’évaluation d’impact. J’ai vraiment apprécié mes années à l’Ecole d’Economie. J’y ai énormément appris autant à travers ma formation, mon échange ERASMUS de 6 mois à l’Université de Pavie en Italie, et aussi grâce à l’équipe dynamique et multiculturelle de l’Association AFRICAVENIR dont j’étais vice-présidente durant l’année académique 2019-2020.

J’effectue présentement mon stage de fin d’études au Département Evaluation et Apprentissage de l’AFD où je participe à des évaluations d’impacts de projets centrés sur la biodiversité marine, l’agriculture et la lutte contre le changement climatique.

Sur le long terme, je souhaite continuer à réaliser des recherches et évaluations d’impact sur des thématiques en rapport avec le développement inclusif et durable des pays du sud.

Parcours Economie de la santé

Latame Komla ADOLI - Promotion 2020/2021

Je me nomme ADOLI Latame Komla. Je viens du Togo, pays de l’Afrique de l’Ouest. Avant d’intégrer ce master, j’ai d’abord effectué huit années d’études à la Faculté des Sciences de la Santé de l’Université de Lomé à l’issue desquelles j’ai obtenu un Doctorat d’Etat de médecine générale. L’accessibilité des plus vulnérables aux soins a toujours été pour moi une priorité surtout parce que mon pays en a fait un principe fondamental.
 
Ainsi, après mon diplôme de médecin j’ai décidé d’approfondir mes connaissances par une formation qui me permettra d’appréhender les problèmes de santé dans leur globalité. C’est ce qui justifie mon inscription dans ce master. L’école d’économie de l’université Clermont Auvergne offre la possibilité à ses étudiants d’acquérir toutes spécialités confondues, une solide base en analyse quantitative et qualitative mais également en gestion de projet.
 
Je mets en pratique ces connaissances acquises au cours de mon stage que je réalise au CHU Clermont Ferrand afin d’évaluer l’impact de la crise actuelle sur la prise en charge des patients dans le service des urgences. Ainsi grâce à des modèles de série longitudinale et de score de propension avec appariement, j’ai pu évaluer l’impact de la pandémie actuelle sur la prise en charge des patients dans le service des urgences adultes.
 
Je souhaite m’orienter après mon master dans la recherche et je m’intéresse particulièrement à tout sujet relatif à l’accessibilité des populations vulnérables aux soins de santé.

 

Fadilatou CONGO - Promotion 2020/2021

De nationalité Burkinabé, je termine actuellement une formation en Economie de la santé à l’École d’Économie de l’Université Clermont-Auvergne.

J’ai obtenu au préalable une licence en sciences économiques et gestion à l’Université Aube Nouvelle (U-Auben) au Burkina Faso.Fortement intéressée par les questions de développement humain, plus particulièrement celles liées à la santé, j’ai décidé de me spécialiser en Economie de la santé. C'est pourquoi j'ai postulé au CERDI où j’ai intégré le cycle de master en Economie du développement parcours Économie de la santé. Lors cette formation, j'ai pu acquérir des compétences nécessaires à l'analyse économique, au recueil, au traitement et à l'interprétation de données, mais aussi à l'analyse de projet de développement ainsi qu'à l'analyse d'impact de projets. Je suis ainsi capable de contribuer à la mise en place, au suivi et à l'évaluation de politiques sociales et sanitaires afin d’aider à la prise de décisions dans ce domaine.

J’effectue actuellement un stage à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de Meurthe-et-Moselle. Je suis chargée d’accompagner les activités de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) du Sud-Toulois à travers des analyses de données afférentes au déroulement de leurs missions et à l’atteinte de leurs différents objectifs. A travers cet accompagnement, j’étudie l’impact des activités des CPTS, et élabore des propositions pour un meilleur accompagnement de leurs activités par la CPAM.

Je souhaiterais dans le long terme contribuer au développement économique de mon pays en participant au développement du secteur sanitaire afin de m'impliquer dans l’amélioration de la qualité de l’offre de soin et de la couverture médicale

Parcours Finances publiques

Lucie TIARE - Promotion 2020/2021
 

Originaire du Burkina Faso, ma formation académique a débuté à l’Université Paris Dauphine où j’ai obtenu une licence en Economie internationale et du développement ainsi qu’un Master en diagnostic économique international, effectué en alternance à l’Agence Française de Développement. 

L’émergence des questions autour de la mobilisation de ressources fiscales, de l’endettement et de l’évaluation de la dépense publique au cours de mon apprentissage a fait naître mon intérêt particulier pour les aspects de la politique des finances publiques dans les pays en développement. C’est ainsi que j’ai décidé de me spécialiser sur ces questions en intégrant le master Economie du Développement-Parcours Finances Publiques.

Actuellement en stage de fin d’études au CERDI en tant qu’assistante de recherche, ma principale mission est celle d’évaluer l’incidence fiscale des taxes indirectes sur les prix des services de télécommunication en Afrique. Par la suite, je souhaite continuer d’explorer le domaine de la fiscalité à travers la rédaction d’une thèse en économie.

Sansan KAMBOU - Promotion 2020/2021

Après ma licence en sciences économiques et de gestion obtenue en Côte d’Ivoire, j’ai opté pour un master de recherche en économie du développement à l’Institut Universitaire d’Abidjan (IUA).

A la suite de ce master, mon projet d’étude et mon projet professionnel vont guider mon intérêt pour l’Ecole d’Economie-CERDI, qui a pour vocation de former des économistes du développement. C’est ainsi que je rejoins le Master Economie du Développement, parcours Finances Publiques où j’ai pu développer de très bonnes compétences en techniques quantitatives et en analyse économique.

Ces compétences m’ont permis d’obtenir un stage en tant que Consultant stagiaire/Analyste Macroéconomique et Financier à « FINEXEM Emerging Market Solutions ». Ce cabinet de conseil basé en Angleterre et à Paris est spécialisé dans le conseil stratégique et financier aux gouvernements et aux organismes publics en matière de dette extérieure. Ma mission principale dans ce stage est focalisée sur des projets de restructuration de dette souveraine dans plusieurs pays africains, dans le contexte de l’Initiative de Suspension du Service de la Dette (ISSD) des pays du G20.

Après ce stage, j’envisage poursuivre dans le domaine de la recherche a travers une thèse en économie sur des problématiques plus récentes liées à la dette publique et à la mobilisation des recettes fiscales dans les pays en développement.

Parcours Economie territoriale

Franck N'KRUMAH - Promotion 2020/2021

Je suis Franck Olivier N’KRUMAH, de nationalité Ivoirienne, étudiant en Master 2 en Économie Territoriale à l’École d’Économie – CERDI.

Après avoir obtenu une Licence en économie générale à l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa en Côte d’Ivoire, j’ai opté pour le parcours Économie Territoriale que propose le Master Économie du Développement dans l’optique d’acquérir les connaissances et compétences nécessaires pour répondre aux inégalités de développement que rencontrent aussi bien les territoires des pays du sud que ceux du nord. Grace à son caractère très transversal et son analyse systémique des enjeux de développement, ce parcours m’a permis dans le cadre de mon Master 2 d’intervenir sur plusieurs projets de territoire d’envergure économique, sociale et environnementale.

 Actuellement je réalise mon stage de fin d’études au Conseil Départemental de l’Allier précisément à la Direction Adjointe de la Solidarité, où j’ai pour mission d’évaluer le schéma unique de solidarité, document de référence qui conduit les interventions publiques du département afin de mieux répondre aux besoins sociaux de ses habitants.

J’ambitionne après mes études prendre part à la réflexion, à la confection et à l’évaluation des projets ou politiques territoriales en tant que chargé de mission ou de projets au sein d’une collectivité territoriale.

Malika GUERRAOUI - Promotion 2020/2021

Je m’appelle Malika, j’ai 22 ans et je termine mon Master 2 d’économie du développement parcours économie territoriale. J’ai commencé mes études en L1 en économie à l’Université Clermont-Auvergne. J’ai eu ensuite un cursus universitaire assez « classique », j’ai terminé ma Licence et je me suis lancée dans le Master Economie du Développement à l’UCA. S’il y a bien une chose que j’ai retenu de mon passage au CERDI, c’est de toujours garder une vision globale et multidimensionnelle des choses.

Actuellement j’effectue un stage de chargée de missions à l’ANPP (Association Nationale des Pôles Territoriaux et des Pays). Mes missions sont diverses : de la rédaction de communiqués de presse à la construction d’une strate géographique en passant par de la construction d’enquêtes ou du traitement de données. Ce que j’aime c’est avoir une multitude de choses à faire, à voir et à comprendre.

Après ce stage, j’aimerais travailler au niveau national encore quelques années pour garder une vision d’ensemble de l’économie et du territoire. Le travail de chargée de mission me plaît et m’enrichit, c’est donc plutôt vers ce poste que je tends, mais je garde un œil attentif à d’autres opportunités de postes qui peuvent être tout aussi enrichissants.

 

Parcours Développement Durable

Lydie DUFAU - Promotion 2020/2021

Après obtention d’une Licence et d’une première année de Master en Economie à la Toulouse School of Economics (TSE), j’ai réalisé une année de césure durant laquelle j’ai travaillé chez Efficacity (l’Institut de R&D dédié à la transition énergétique des villes) en tant que chargée de mission en évaluation socioéconomique de projets. Par ailleurs, je me suis engagée dans une association (les Shifters) qui œuvre en faveur d’une économie décarbonée. Je termine mon master en Economie du Développement Durable au Centre d'Etudes et de Recherches en Développement International (CERDI) pour maitriser les enjeux environnementaux, économiques et sociaux auxquels nous faisons face.

Actuellement, je suis en stage à la Direction Exécutive Prospective et Recherche (DEPR) de l’ADEME pour réaliser une étude sur les instruments de politique publique de l’économie circulaire.

En tant que déclinaison opérationnelle aux principes fondateurs du développement durable et agissant sur l’ensemble de chaine de valeur, l’économie circulaire est un modèle à l’avenir florissant pour une transition vers la soutenabilité de notre système dans lequel je souhaite évoluer.

Denis LISELELE - Promotion 2020/2021

Avant d’intégrer l’Ecole d’Economie en 2019, j’ai obtenu un diplôme de graduat (licence) en Economie et Développement à l’Université catholique du Congo à Kinshasa. Conscient des défis que les effets du changement climatique et la mauvaise gestion des ressources naturelles représentent pour les communautés vulnérables dans les pays en développement, j’ai décidé d’intégrer le parcours Développement durable. En outre, ce choix a été motivé par le fait que c’était le master qui regroupait toutes les problématiques de développement qui m’intéressent ; et qui correspondait à mes aspirations professionnelles.

Actuellement, j’effectue mon stage au Bureau indépendant de l’évaluation (IOE) du FIDA où je participe à l’évaluation sous régionale sur les appuis du FIDA aux pays du G5 Sahel en situation de fragilité. En plus de la compréhension d’approches d’évaluation des projets/programmes de développement, j’y gagne de solides connaissances sur les implications de la vulnérabilité au changement climatique, du contexte de faiblesses institutionnelles et de la situation sanitaire liée au Covid-19 sur les populations rurales dans ces pays ; il en est de même sur les modes d’opération du FIDA et de ses partenaires dans ces contextes de fragilité.

Avec beaucoup de reconnaissance, je peux ajouter que mon stage est bien aligné avec la suite que je souhaite donner à mon projet professionnel. J’aimerais continuer à participer comme Chargé d’évaluation aux opérations menées par les institutions spécialisées des Nations Unies qui luttent contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté ; et qui renforcent les capacités de résilience des populations dans ces contextes de fragilité.